Un peu d'histoire...
LE VOL D’ICARE
Enrico de LUISE (1840-1915)
Huile sur toile
37 cm x 50 cm
INV : 4071

Du vol mystique à l’utilisation du feu, du vide et du fluide léger en passant par le vol magique, le vol porté et le vol plané, sans oublier le parachute, l’hélicoptère et la fusée, toute croyance, tout prodige, toute observation du réel, toute invention et expérimentation participent d’une quête que l’homme poursuit depuis des temps immémoriaux : s’élever à la verticale, se déplacer puis redescendre en toute sécurité, en un mot : vaincre la pesanteur. Poètes, artistes, philosophes et écrivains s’emparent également du vol comme source d’inspiration.


105 Ko

98 Ko
ENSEIGNE "A L’HOMME-VOLANT - LE BENIER - AUBERGISTE"
Anonyme
Bois sculpté et peint
XVIIème siècle
H. 1,16 m. x L. 0,595 m.
INV : 11476

Enseigne d’auberge constituée de trois panneaux en bois sculpté et peint représentant "L’homme Volant", le serrurier Besnier de Sablé, Païs du Maine. En 1678, il imagine un appareil composé de deux ailes à clapets manœuvrées alternativement par le jeu des pieds et des mains. Cette pièce unique date de la fin XVIIème siècle - début XVIIIème siècle.

MEDAILLON DES FRERES MONTGOLFIER
Jean-Antoine HOUDON (1741-1828)
Médaillon en bronze doré - cadre en marbre
1783
H. 61 cm. L. 54 cm.
INV : 11 242

Les profils gauches des frères Joseph et Etienne Montgolfier sont juxtaposés, les cheveux flottant dans une mèche formant, vers le haut, la flamme du génie. Le profil supérieur est celui d’Etienne. Ce modèle a été repris par de nombreux graveurs et artisans français et étrangers au XVIIIème siècle et même au XIXème siècle.


104 Ko

99 Ko
GLOBE AEROSTATIQUE DE MM. CHARLES ET ROBERT AU MOMENT DE LEURS DEPARTS DU JARDIN DES TUILERIES LE 1ER DECEMBRE 1783
Graveur : Louis Alexandre BOUTELOUP
Peintre-dessinateur : DU PERREUX
1783
Eau-forte et burin
26 cm x 36 cm
INV : 3555

Née de la nécessité de reproduire une image en de multiples exemplaires afin de communiquer au plus grand nombre l’information tout en satisfaisant une volonté commerciale, la gravure, de fabrication mécanique, diffuse les thèmes les plus en vogue et rentables. Elle colporte chaque événement aérostatique depuis la première expérience publique des frères Montgolfier en juin 1783.
Charles et Robert inaugurent le second voyage aérien libre et monté dans le premier ballon à gaz hydrogène, le 1er décembre 1783, à partir du Jardin des Tuileries.

FABRICATION DES AEROSTATS MILITAIRES
Nicolas-Jacques CONTE (1755-1805)
1794
Aquarelle
48 cm x 59 cm

Portraitiste à ses débuts, inventeur du crayon éponyme à mine artificielle breveté en 1795, directeur de l’Ecole aérostatique de Meudon créée en 1794, Conté réalise à l’aquarelle une série de planches support de ses Cours d’épreuves aérostatiques pour l’instruction de la deuxième compagnie d’aérostiers. L’enseignement dispensé aux aérostiers militaires et aux ouvriers relève d’une éducation technique et citoyenne dans le pur esprit de celle prônée par l’Abbé Grégoire au Conservatoire des arts et métiers en gestation, favorable à l’insertion sociale par la valorisation des "arts mécaniques", érigeant ainsi toute formation en véritable école de la vie.

DECOUPAGE DES FUSEAUX DE TOILE
INV. 3802

PREPARATION DU VERNIS
INV. 3801

ASSEMBLAGE DES FUSEAUX
INV. 3800

VERNISSAGE ET VERIFICATION DE L’ETANCHEITE
INV. 3803


93 Ko

96 Ko

96 Ko

99 Ko
PORTRAIT DE FELIX TOURNACHON, DIT NADAR
Charles DURAN, dit CAROLUS-DURAN (1837-1917)
1886
Huile sur toile
90 cm x 60 cm
INV : 3492

Nadar, le "touche à tout", journaliste, nouvelliste d’opposition, photographe, écrivain, collectionneur et mécène, est aussi passionné d’aérostats. Il réalise en 1858 la première photographie aérienne à bord de son ballon Le Géant, fonde la revue L’Aéronaute et créé, en 1871, la première compagnie d’aérostiers du siège de Paris. Membre du Tout-Paris, auteur en 1854 du Panthéon Nadar, une série de plus 300 portraits de notoriétés du moment, il est peint par Carolus-Duran, portraitiste renommé dès 1869.

LA MODE AUX BALLONS
Mobiliers et objets
Fin XVIIIème

A partir de 1783, le public se passionne pour l’aérostation. L’image des ballons est diffusée grâce aux gravures et le thème est repris par les artistes. Les motifs "au ballon" ornent les habits, les coiffures. Ils envahissent les décors des meubles, des pendules, des baromètres.


98 Ko

102 Ko
PLANEUR MASSIA-BIOT
Massia
Planeur
1879
E 8.60 m x L 4.20 m, poids 30 kg
INV : 9

Ce planeur est le plus ancien "plus lourd que l’air" conservé dans un musée. A la fin du 19ème siècle, le comte de Massia construit cet appareil en s’inspirant des travaux de Louis Mouillard sur le vol des grands rapaces. Ainsi, la structure complexe des commandes de vol est directement copiée sur l’anatomie des oiseaux. Gaston Biot, qui rachète l’appareil, réalise plusieurs planements avec le planeur de Massia.

MOTEUR KREBS
Arthur KREBS (1850-1935)
Moteur électrique multipolaire
1884
Puissance 8 chevaux à 1200 tr/mn, masse 98 kg, autonomie de 2 heures
INV : 1267

Ce moteur est alimenté par une pile chlorochromique de 480 kg constituée de 576 éléments et mise au point par Charles Renard. Il peut tourner à l’envers par simple inversion de la polarité ce qui facilite les manœuvres en arrière près du sol, toujours très délicates. C’est avec ce moteur que le dirigeable "La France" effectue le 1er vol en circuit fermé le 9 août 1884.


100 Ko

90 Ko
AEROPLANE
Victor TATIN (1843-1913)
Modèle réduit expérimental
1879
E 1,80 m, L 1,50 m, H 0,45 m, Poids : 2,5 kg
INV. 2016

Ce modèle réduit expérimental mû par air comprimé est testé aux ateliers aérostatiques militaires de Chalais-Meudon. Les expériences ont lieu sur une plate-forme circulaire sur laquelle la machine est assujettie à rouler, retenue par un léger cordage fixé au centre de cette piste et destiné à éviter l'évasion de l’appareil sous l'influence de la force centrifuge. L’avion part sans lancement, sous la seule traction de ses hélices, atteint une vitesse de 8 mètres par seconde, puis quitte le sol.

Fiche 2