Le mythe de Dédale et d’Icare sert de référence. Au XVème siècle, les travaux de Léonard de Vinci préfigurent ce que seront en particulier l’hélicoptère et le parachute. On imagine pouvoir voler en employant la force musculaire. En 1678, un serrurier de Sablé, Besnier, construit un appareil constitué de deux bâtons munis de volets à charnières. En 1742, le marquis de Bacqueville s’élance, de son hôtel parisien en essayant de planer au-dessus de la Seine, mais tombe sur un bateau-lavoir.
Ce n’est pas pourtant pas au moyen du plus lourd que l’air que l’homme parvient à vaincre l’espace, mais en utilisant un globe de toile gonflé à l’air chaud, mis au point par les frères Joseph et Etienne Montgolfier. Le 21 novembre 1783, Pilâtre de Rozier et le marquis d’Arlandes voyagent pour la première fois dans les airs à bord d’une « montgolfière ».
Très peu de temps après, le premier décembre 1783, Charles et Robert rivalisent avec les Montgolfier en employant un ballon gonflé au gaz hydrogène. Le plus léger que l’air a conquis le ciel et les travaux sur le plus lourd que l’air se poursuivent pendant tout le XIXe siècle. Le mérite du premier bond volé revient à Clément Ader. Le 9 octobre 1890, il s’élève à 15 centimètres du sol sur 50 mètres avec un appareil en forme de chauve-souris, équipé d’un moteur à vapeur de 20 chevaux. A partir du XXème siècle, grâce aux efforts de ces précurseurs, les progrès vont être alors très rapides.