Page d'accueil  > Actualités  > Vu au musée  > 2008 La BD prend l'air - Table ronde

La science-fiction au secours de l’exploration spatiale

La BD prend l'air s'est terminée dimanche 19 octobre 2008 par une table ronde à 16h30 : "la science-fiction au secours de l’exploration spatiale : et si la bande dessinée avait déjà prévu ce qui allait se passer à bord des vaisseaux spatiaux lors des futures longues missions ? "

Les futures missions interplanétaires dureront plusieurs années. Dans le vide sidéral et coupés de la Terre, les hommes et les femmes qui prendront part à ces expéditions seront livrés à eux-mêmes. Ils seront confrontés à de nouveaux défis. Sans possibilité de retour anticipé, l’aventure ne sera plus seulement technologique, elle sera aussi sociologique.

Comment composer les équipages pour assurer leur cohésion sur la durée en dépit de la promiscuité et des privations ? Quels pouvoirs donner au commandant de bord qui sera fatalement obligé d’arbitrer des conflits ? Est-il raisonnable d’envisager d’envoyer non pas un seul vaisseau, mais une escadrille de deux ou trois vaisseaux pour contrecarrer les effets de l’isolement ? Pour l’heure, la communauté scientifique s’interroge. Les questions qu’elle se pose sont multiples...

Et si les réponses à toutes ces interrogations se trouvaient dans la littérature, le cinéma et la bande dessinée ? Depuis longtemps, les auteurs de science-fiction ont, en effet, imaginé tous les scénarios possibles.

Quelle meilleure opportunité que les Rencontres de la bande dessinée aéronautique et spatiale pour établir le dialogue entre ces deux univers ?

Le spationaute Jean-François Clervoy et les auteurs de la série « Le complexe du chimpanzé », Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio, ont accepté de jouer le jeu en venant confronter leur point de vue lors d’une table ronde. Une heure de débat passionnant.

Ça s'est passé dimanche 19 octobre 2008 à 16h30 dans le hall de l’espace du musée de l’Air et de l’Espace.

En savoir plus sur La BD prend l'air 2008

Musée de l'Air et de l'Espace, entrée gratuite. Vous n'irez jamais aussi loin qu'à six kilomètres de Paris.